N’est-ce que de la chance ?

Souvent, on nous dit qu’on a de la chance d’avoir une petite fille comme SuperNenette™.

Je n’ai pas vraiment de référence avec d’autres enfants de cet âge (20 mois à ce jour), donc je ne m’en rend pas forcément compte. Nous, nous pensons que ce n’est pas qu’une question de « chance ». Nous avons fait des choix, conscients ou inconscients, qui l’ont construite, brique par brique, telle qu’elle est aujourd’hui. Je ne sais pas si ces choix sont LES bons choix. D’ailleurs, peut-être que NuméroDeux™ me fera tout démentir dans 2 ans, car ce sera une autre enfant, avec d’autres émotions, d’autres façons d’être, avec un autre entourage (une grande sœur !) mais ces choix sont les nôtres, ils nous correspondent, et pour l’instant, si le résultat n’est pas parfait, il n’en est pas loin :)

(Je ne vais pas trop approfondir, parce que ça va déjà faire un gros article, mais si tu souhaites avoir des exemples de ce que je raconte et engager une discussion, les commentaires (blablas) sont là pour ça ! ;) )

 Le maternage :

Les premières « briques » ont été des méthodes dont je ne savais même pas qu’elles portaient un nom : «le maternage » (allaitement, portage en écharpe et cododo). Pour moi, elles venaient à la base d’envie d’essayer, puis cela m’a plu, et j’ai continué sans savoir même qu’il y avait des communautés entières de maman « maternantes » comme moi.

J’ai découvert le portage en écharpe quand elle avait 3 mois. Je sais aujourd’hui qu’en plus de la soulager pour ses coliques (objectif premier au début), et du coté vraiment agréable de la chose, porter son enfant, c’est aussi le rassurer et lui donner confiance, pour mieux se détacher plus tard. Bébé, cela apporte un contact, un sentiment de sécurité, une présence irremplaçable. Plus tard, cela lui a apporté une assurance qu’un landau ou une poussette ne peuvent pas apporter. Voir le monde au dessus du guichet, ou la popotte que fait maman au dessus du plan de travail, c’est quand même plus intéressant que du sol ou d’une poussette ! Cela rassure le bébé qui n’est pas laissé à lui même pour gérer ses angoisses de nourrisson, et ouvre le bambin au monde extérieur.

Je l’ai allaitée exclusivement jusqu’à ses 5 mois (lire ici mon article dédié), puis jusqu’à ses 14 mois en non-exclusif (miam les petits pots maison !). Je reste certaine que si elle mange de tout et aussi bien aujourd’hui, c’est en partie grâce à cela, car le lait maternel change de goût tout les jours en fonction de ce que mange la maman. De là pour moi est venu son goût pour tous les aliments. Et aussi, elle n’a fait son premier rhume qu’à 11 mois. A 20 mois, nous n’avons toujours pas eu une seule otite (je touche du bois).

Nous l’avons gardée dans notre chambre jusqu’à ses 8 mois, mais ceci juste parce qu’on arrivait pas à se résoudre à la mettre dans sa chambre, toute trognone qu’elle était quand elle dormait, et les sourires du matin, c’était tellement bien ! On a pas cododoté, mais elle était dans son propre lit à 1m de moi la nuit. Maintenant, j’ai appris que pour l’enfant, dormir en présence de son papa et/ou maman est structurant car il n’est ainsi pas livré à lui même pour toute sa nuit, même que ça diminuait les risques de mort subite du nourrisson. (C’est même recommandé par l’UNICEF jusqu’aux 6 mois). Nous l’avons passée dans sa chambre à 8 mois parce que le réveil de papa pour aller au travail la réveillait de plus en plus le matin. Avec le recul, 8 mois ce n’était pas forcement la meilleure période, avec la peur de l’abandon naissante dont nous ignorions l’existence, mais on a réussi à gérer ce cap en la rassurant encore et toujours plus.

Un moyen pour communiquer tôt :

Cette autre « brique » fondamentale est que nous lui avons donné un moyen de communiquer très tôt avec la langue des signes pour bébé (Lire ici ma page dédiée). Elle a ainsi pu nous exprimer très tôt ses désirs de changement de couche, de câlin ou de gâteau au chocolat. Elle a tellement bien acquis la méthode qu’elle a inventé ses propres signes. Le soir, et depuis ses premiers signes, c’est elle qui raconte la journée à SuperPapa™, ça fait travailler son mini cerveau, et c’est même intéressant de voir que ce qu’elle en retient, c’est le casque du serveur au drive du Fast-food, alors que tu t’es cassé la nenette à faire un gâteau avec elle tout l’après-midi ! Cela l’a ouverte à la communication.

Parler, expliquer, comprendre:

Dès le début de sa vie, nous lui parlions beaucoup, et de façon « adulte », normalement quoi (on ne lui parle pas « gaga » !). On lui a toujours tout expliqué, même s’il ne s’agissait que de lui dire que nous rentrions à la maison, ou un « attention, je passe ta tête dans ton tee-shirt ». Ainsi, elle ne subit pas son environnement.

Bébé, on ne l’a jamais laissée « faire ses poumons », jamais nous ne l’avons laissé pleurer pendant des heures. Plus tard, alors qu’elle venait de se faire mal au genou, on a toujours accompagné ce chagrin avec un câlin ou un bisou. Nous lui laissons des choix (peut-être un peu trop parfois…) : « tu veux mettre ce tee-shirt ou celui-la ? »

Nous sommes des gens « calmes ». Nous prenons le temps de nous écouter, et de l’écouter elle. Si elle s’énerve, nous en cherchons la cause en essayant de nous mettre dans la tête d’un petit enfant. Et si elle se met à crier ou à parler fort, on lui parle doucement, bas, et elle baisse le ton d’instinct. Nous ne lui mentons pas. Nous lui expliquons tout avec des mots qu’elle peut comprendre, sans la sous-estimer non-plus. On préfère prendre 5 minutes pour lui expliquer une situation, plutôt que de lui donner un ordre radical auquel elle préféra désobéir.  Nous gardons (enfin, la plupart du temps) notre sang froid, même si y’a du caca partout !

La laisser se tromper :

On la laisse faire ses bêtises (sous surveillance quand même !), tester, faire des erreurs, on ne fait pas à sa place. C’est elle qui range ce qu’elle dérange, même si ça dure ¼ d’heure (enfin quand on en a le temps). Je ne me précipite pas si elle s’approche trop vite de deux marches, je la laisse les gérer, et si elle n’y arrive pas, je lui demande si elle veut de l’aide. On ne lui met pas de pression sur des attentes auquelle elle ne pourrait pas répondre. On ne la tire pas vers l’avant, mais on l’accompagne à avancer en la stimulant sur l’avancée du moment (propreté, chiffres, couleurs…)

Eviter les conflits en sa présence :

Si on se dispute (et oui ça nous arrive !) on ne le fait pas devant elle, on ne s’emporte pas devant elle, ni à cause d’elle. Si on doit se raconter un truc important, on « en parlera plus tard » car sinon, on accorde peu ou pas assez d’attention à SuperNenette™ qui mange ses fraises avec du sucre, ou bien notre conversation n’a pas l’attention qu’elle mérite. Car ses petites oreilles enregistrent tout ce qu’elles entendent !

J’ai découvert récemment que ces dernières méthodes qui nous semblent logiques se regroupent, avec beaucoup d’autres, dans ce qui s’appelle « la parentalité positive et bienveillante ». Même que des gens ont écrit des livres là dessus ! Il y a des sites entiers, des groupes FaceBook, dédiés à cela qui donnent aussi pleins d’astuces pour avancer dans cette voie.

En conclusion, toutes ces « attitudes » (je ne trouve pas de meilleur mot…) que nous avons eu, ou avons, avec elle lui ont en grande partie permis d’être ce qu’elle est. Bien sur, son tempérament joue énormément. Et je ne dis pas et n’ai pas la prétention de dire que ces choix sont les meilleurs. Je dis juste que ce sont certains choix, qu’ils nous correspondent, et que pour l’instant, ils nous font dire qu’on est pas trop passé à coté de la plaque. On verra bien si SuperChoupette™ nous fait tout l’inverse ou pas ;) Autant, j’ écrirais un article dans 2 ans disant que je m’étais bien trompée sur ces choix qui nous semblent si évident pourtant !

chance

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Post Navigation